Bordeaux, une ville d'histoire et d'avenir

01/03/2021

Bordeaux...rien que le nom en fait rêver certains et saliver d'autres. Depuis trois ans, la ville accumule les sacres; Meilleure destination européenne en 2015, Europe Leading's City Break, Destination 2016, Best of 2017 de Lonely Planet. Et après un weekend sur place on comprend aisément pourquoi!


Après un vol d'une heure trente au départ de Bruxelles, nous voici arrivés sous le soleil bordelais - Température affichée 18°C. Pour un 17 novembre, que demander de mieux? Nous sommes attendus et accueillis sur place par notre ami et partenaire Jean-Pierre, ainsi que par Loïc de Bordeaux Executive Travel. Ils nous ont fait l'immense surprise de venir nous chercher en Tesla Modèle S (la classe....) pour un tour privé des vignobles avoisinants.

Premier Stop: Les sources Caudalie. Car oui, c'est ici que la vinothérapie a vu le jour. Situé face au somptueux vignobles de Smith Haut Laffite, ce centre de bien être est tout simplement magique. C'est en 1993, en pleine saison des vendanges que le déclic se fait. Les vertus médicinales du raisin sont connues depuis l'antiquité grecque, l'idée est donc venue d'utiliser les pépins et les pholyphénols qu'ils contiennent pour les transformer en crèmes ou autres produits de bien-être. Il faudra encore attendre deux ans avant que le brevet ne soit déposé, grâce au professeur Vercauteren.

Savez-vous que vous êtes en train de jeter des trésors? - Prof. J. Vercauteren

Depuis l'établissement s'est également transformé en hôtel 5*, disposant de 2 restaurants et de 4 salles de banquets pouvant accueillir jusque 80 personnes en théâtre. Qui dit mieux pour une réunion haut de gamme ou un incentive autour du vin?

Nous voilà ensuite parti sur la route de Saint Emilion et de ses grands crus. Devant nous défilent les châteaux de prestiges; Château la Gaffelière, Château Pavie, Château Fonplégade pour n'en citer que quelques uns. Excellent guide Loïc nous explique le retour de la culture biodynamique des vins. Abîmés par des décennies de culture "industrielle", les sols ont fortement souffert et la qualité du vin s'en faisait ressentir. A Saint-Emilion, on fait la part belle au bio et à la méthode traditionnelle. Ceci a permis de modifier en quelques années le profil du vin, en l'améliorant bien entendu! Une simple question d'osmose entre l'homme et la nature.

Il nous explique également que sous nos pieds se trouve un véritable gruyère. En effet, le sol de Saint-Emilion est principalement calcaire et s'est donc ici qu'est extraire la fameuse pierre blanche que l'on peut trouver partout à Bordeaux. Les carrières peuvent pour certaines se visiter tandis que d'autres sont à présent utilisées comme cave, ou le vin vieillit quelques mois en barriques avant d'être mis en bouteille.

Nous nous arrêtons ensuite au village pour admirer le panorama, l'église monolithe et son clocher, ainsi que sa collégiale. On note au passage l'Hostellerie de Plaisance, un magnifique Relais & Châteaux niché au coeur du village et son restaurant affichant 2 étoiles Michelin. Ici aussi, il est possible d'organiser une petite réunion "privée" jusque 11 personnes.

A contre-coeur il est temps de faire route sur Bordeaux, ou nous attendons notre premier verre... de Bordeaux of course! On s'installe en terrasse de la gare d'Orléans, sur les bords de la Garonne, avec une vue de l'autre côté du fleuve sur la capitale girondine. Un verre sympathique Château Villa d'Alma 2014 (Pessac Léognan) à la main, Jean-Pierre nous apprend que l'on peut trouver plusieurs réalisations de Gustave Eiffel dans le Bordelais, notamment la passerelle Eiffel qui reliait les deux rives du fleuve et qui a également servi de pont ferroviaire. Cette oeuvre a été sauvée de justesse il y a quelques années, lorsqu'un deuxième pont a été construit à proximité, pour répondre aux normes TGV. Après avoir admiré le coucher de soleil sur la ville, Loïc nous dépose à notre hôtel, en centre-ville, d'où nous continuerons la visite à pied.

Pour cette première nuit, nous restons au Quality Bordeaux Centre. La localisation est idéale pour découvrir la ville, en plein centre piétonnier. Il s'agit d'un petit 3* offrant un rapport qualité-prix irréprochable. Pour les plus petits budgets c'est l'hôtel idéal. Ce qui nous frappent en arrivant à l'hôtel (il est 18h00 passé) c'est le monde dans les rues. Ici les magasins ne ferment qu'à 20h00 (oh joie oh bonheur) et surtout, les habitants vivent dehors. Partout on trouve restaurants, cafés, terrasses (chauffées ou non). On sent déjà qu'il va être difficile de faire un choix pour le dîner. Mais avant toutes choses, nous partons pour une ballade d'1h30 dans les rues et ruelles de la ville. On commence par la célèbre place de la Comédie et son Grand Théâtre, au coeur du Triangle d'Or. Il s'agit véritablement d'un lieu emblématique de la ville. En 2013 une statue en fonte de 7 mètres de haut, représentant un visage féminin, à fait son apparition, mais elle pourrait bien quitter la place en 2019. Pour les amateurs de Haute Gastronomie, ou tout simplement de cauchemar en cuisine, c'est ici aussi que se trouve respectivement les restaurants de Gordon Ramsay et de Philippe Etchebest.

De là nous nous rendons au monument-fontaine des Girondins érigé en mémoire de députés exécutés sur cette place en 1794. Nous assistons en même temps à l'installation du marché de Noël qui ouvrira le 24 novembre, sur la place lace des Quinconces. Nous longeons ensuite les rives de la Garonne, jusqu'à la place de la Bourse, afin d'admirer les bâtiments illuminés se reflétant dans le miroir d'eau. Les quais ont été réhabilités dans les années 2000 et sont inscrits sur la liste du Patrimoine mondial par l'Unesco depuis 2007. Entièrement piétonnier, c'est une agréable promenade pour les joggeurs, familles, cycliste qui s'étend sur plusieurs kilomètres. Avant de rentrer à l'hôtel et de quitter notre ami Jean-Pierre nous passons encore par la Porte Cailhau, vestige du Moyen-âge. A ses pieds, se trouve une plaque expliquant que Bordeaux se trouve sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, ce que nous ignorions totalement.

Le lendemain matin, revigorés après une bonne nuit de sommeil, nous voici prêts à découvrir la ville de jour. Mais tout d'abord, un rapide check out car nous changeons d'hôtel! Et oui, ce soir nous logeons à l'Intercontinental Bordeaux le Grand Hôtel, sur la place de la Comédie, juste en face du Grand Théâtre. Cet ancien hôtel particulier (18ème siècle) a vu passé les plus grands noms de l'art et de la culture française; Victor Hugo, Toulouse Lautrec... Suite à une rénovation complète entamée en 2007, sous le regard de Jacques Garcia, l'hôtel est passé en 2015 sous l'enseigne des Hôtels Intercontinental. Avec ses 130 chambres et ses magnifiques salons de réception, l'endroit est tout simplement idéal pour un séminaire, un incentive ou même un séjour privé au coeur de la capitale d'Aquitaine. Nous sommes par ailleurs tombés sous le charme du salon Sauternes. Avec ses peintures et parquet d'époque, la salle est d'ailleurs classée. Reste encore à mentionner les bains de Léa, le spa de l'hôtel étendu sur 1000 m² avec Sauna, hamman, piscine, 8 cabines de soins et le roof top bar (avec jacuzzi!) offrant une vue exceptionnelle sur l'Opéra. Alors, convaincu? 

Nous décidons de longer à nouveau les quais, mais cette fois-ci en direction de la cité du vin. C'est l'occasion pour nous d'en apprendre un peu plus sur l'histoire du port de Bordeaux, jadis florissant, grâce au commerce du vin, mais également des liaisons qu'il assurait avec les Antilles et l'Afrique pour le sucre, rhum, banane, café... Période moins glorieuse, c'était également un port négrier au début du 19ème siècle. Mais là ou s'étendaient alors des centaines de hangars, les quais ont été convertis en boutiques, restaurants et autre outlets, ou s'aventurent encore des bateaux de croisières fluviales ou de plaisance. Preuve du dynamisme et de la bonne santé de la ville qui ne cesse d'investir et de se restaurer, le pont J. Chaban Delmas a été inauguré en 2013, permettant ainsi une traversée plus facile entre la rive gauche et la rive droite. Afin de laisser passer les paquebots, celui-ci s'élève en 11 minutes à 53 mètres de hauteur, une prouesse technique!

A quelques mètres au-delà du pont, nous atteignons enfin la Cité du Vin. Nouveau lieu de vie et de culture depuis mai 2016, les amateurs de vin seront, ici aux anges. On est déjà impressionné par son architecture audacieuse, tout en rondeur. Il paraît que la forme se rapproche d'une carafe de décantation. Après tout pourquoi pas. Au rez-de-chaussée on peut trouver un snack, un restaurant, une boutique, mais aussi et surtout le Latitude20, une cave à vins du monde, qui regroupe des bouteilles de plus de 70 pays! Au premier étage se nichent un parcours permanent, des expositions temporaires mais aussi des salons de réception (certains équipés de crachoir pour les ateliers / dégustation vins) et un auditorium de 250 places. Tous sont bien entendus privatisables pour vos conférences, réunions, cocktails....Au sixième étage, vous trouverez encore 3 petits salons parfait pour les comités de direction (de 6 à 24 places). Et en fin, au 7ème et dernier étage, le restaurant vous offre une vue panoramique de Bordeaux, avec pas moins de 500 références de vin à la carte.

Si Bordeaux possède un patrimoine culturel riche, la gastronomie locale n'a pas à rougir. Il paraît qu'il s'agit de la ville de France qui possède le plus de restaurants par habitant. Que vous soyez un palais salé ou plutôt sucré, la région regorge de spécialités, que vous pourrez facilement trouver dans les brasseries: Agneau de Pauillac, Foie Gras, jambon de Bayonne, magret de canard, Truffes... autant vous dire que l'heure du dîner venue, le choix a été difficile. D'autant plus que par le plus grand des hasards, la 4ème édition du festival So Good se tenait à Bordeaux pendant notre escapade, avec en guest star l'huître du bassin d'Arcachon. Si nous n'avons pas hélas eu l'occasion de goûter aux véritables macarons de Saint-Emilion, nous avons néanmoins pris le temps de nous arrêter dans l'une des nombreuses boutiques Baillardan, pour savourer un canelé et nous avons eu le plaisir de voir à l'oeuvre les pâtissiers. Oui oui, dans certaines boutiques les canelés sont produits sous vos yeux. 100% artisanal donc!

S'il y a des villes ou 2 ou 3 jours suffisent pour les découvrir, Bordeaux n'en fait définitivement pas partie. Nous avons bien conscience que nous n'avons vu qu'une facette de la ville et nous avons hâte d'y retourner pour approfondir cette visite, mais également pour prendre d'avantage le temps de découvrir le Bordelais. Depuis 2019 un TGV en liaison direct de Bruxelles à Bordeaux vous permet de faire le trajet de centre-ville à centre-ville en un peu plus de 4 heures.. Alors plus aucun excuse, partez vous aussi à la découverte de cette magnifique cité!